Chapitre 4 : La déception des croyants

La déception des croyants

Les compagnons du Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) ont totalement perdu de vue le but que le Messager de Dieu (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) s’était désigné à savoir profiter du temps et de la paix pour transmettre son message à l’humanité. Ils n’assimilaient pas encore la raison pour laquelle le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) avait fait toutes ces concessions aux Quraychites. Il a mis à profit la puissance qu'avaient atteinte les musulmans pour écarter cet obstacle de devant la transmission du message et continuer ainsi à réaliser sa mission. Le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) a utilisé sa position de force pour réouvrir les portes du dialogue.

Si les musulmans ont fait preuve d’une réticence inhabituelle vis à vis des ordres du Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui), c’est à cause des facteurs suivants :

  • Les musulmans étaient persuadés de pouvoir rentrer à la Mecque : en effet, le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) leur avait relaté le rêve qu’il avait eu, et l’avait lui-même interprété. Le Messager de Dieu (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) avait affirmé à ses compagnons qu’ils se rendraient à la Mecque pour effectuer les circuits rituels autour de la Ka‘ba, sacrifier les bêtes et se raser la tête. Ce qu’il faut noter ici, c’est que le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) n’avait pas précisé si dans son rêve il se voyait faire le pèlerinage cette année ou l’année suivante. Après la signature du pacte, ‘Umar posera la question au Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui), qui lui répondra qu’il avait effectivement dit que les musulmans allaient entrer à la Mecque, mais qu’il n’avait pas spécifié que cela devait se passer l’année en cours.
  • Les termes du pacte paraissaient donner des concessions aux Quraychites : pour commencer, ‘Âlî avait dû effacer le nom de Dieu « Miséricordieux », puis effacer la mention « Prophète de Dieu » qui suivait le nom du Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui). Ensuite, les clauses même de l'accord semblaient faire des concessions inutiles aux Quraychites : les musulmans ne pouvaient pas effectuer le pèlerinage cette année, tout musulman qui réussirait à fuir les persécutions à la Mecque et à rejoindre les musulmans à Médine, devrait immédiatement être restitué aux Quraychites. Ces derniers n'ayant pas à faire de même lorsqu'un musulman déciderait de changer de camp.
  • Le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) n’a pas consulté ses compagnons : les compagnons furent étonnés de voir que le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) ne les consulta pas sur cette affaire. Alors qu’ils étaient en position de force, le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) se plia, sans discuter, à toutes les exigences de Suhayl. C’est Dieu – Le Très Haut – qui guida Son Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) et personne ne savait à ce moment que le pacte de Hudaybiya était une victoire pour les musulmans et une défaite pour les négateurs.

Personne ne pouvait imaginer lors de la signature de ce traité, que les Quraychites venaient de provoquer leur fin aussi bien sur un plan politique que sur un plan religieux. Sur le coup, personne ne pouvait imaginer l’impact qu’aurait le pacte de Hudaybiya sur un long terme. L’avenir était prédit par Dieu – Le Tout Puissant – dans le verset suivant :

« En vérité, Nous t’avons accordé une victoire éclatante » (48 : 1).