Chapitre 6 : L'impact du traité sur les tribus arabes

L'impact du traité sur les tribus arabes

Après la signature du traité de Hudaybiya, de nombreuses tribus arabes embrassèrent l’Islam. C'est à cette période que remonte par exemple la conversion d’Abû Hurayra, de la tribu de Daws et l'arrivée à Médine d’Abû Dharr accompagné de sa tribu Ghifâra, convertie à l'Islam. Plusieurs personnalités mecquoises se convertirent aussi à l’Islam. Les historiens musulmans affirment qu’après Hudaybiya, le nombre de musulmans se multiplia presque par deux en à peine une année. Parmi les conversions les plus importantes, notons celle de Khâlid b. al-Walîd, celle de ‘Uthmân b. Talha et celle de ‘Amr b. al-‘Âs.

Depuis la bataille des coalisés, Khâlid b. al-Walîd se sentait partagé entre deux tendances. Mais, extérieurement, rien ne trahissait ce dilemme. Ses exploits militaires contre les musulmans l’avaient certes mis en vedette, mais, plus tard, il avouera qu’il était sorti de la bataille d’Uhud et de celle de la Tranchée avec un sentiment que la bataille avait été inutile et que Muhammad (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) finirait par triompher. Lorsque le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) avait échappé à l’attaque de sa cavalerie sur le chemin de Hudaybiya, il s’était exclamé : « Cet homme jouit d’une protection inviolable ! » La lettre que son jeune frère Walîd lui avait écrite lui avait appris que le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) demandait de ses nouvelles. Puis il y avait maintenant une influence familiale puissante qui œuvrait dans le même sens, puisque le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) venait de se marier avec sa tante. Il finit alors par se décider à faire route vers Médine. Alors qu’il venait à peine de quitter la cité, il rencontra son ami ‘Uthmân b. Talha, le gardien de la Ka‘ba qui avait perdu deux oncles et quatre frères à la bataille d’Uhud. Il lui exposa clairement où il allait et ‘Uthmân, qui en était arrivé à peu près à la même décision, résolut alors de l’accompagner. Quant à ‘Amr b. l-‘Âs, percevant la précarité de la situation, il décida d’aller se réfugier en Abyssinie, chez son ami le Négus. Pensant ainsi fuir l’Islam, il trouva que ce dernier l’avait précédé en Abyssinie ; il découvrit en effet que le Négus avait suivi le Messager de Dieu (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui). Il repartit alors en bateau pour le Yémen et de là, il fit route vers Médine. En longeant la côte littorale, il rencontra ses deux amis Khâlid et ‘Uthmân. Les trois hommes continuèrent leur chemin ensemble.

Khâlid était le grand chef de guerre de l’armée mecquoise, dont le génie militaire s'était manifesté à Uhud.‘Amrétait un grand politicien et un homme d’une grande ténacité. Il était chef de son clan à la Mecque et comptait pour l'un des Arabes les plus intelligents. ‘Uthmân, du clan des ‘Abd ad-Dâr, occupait la fonction, très honorifique, de garde de la Ka‘ba. C'est d'ailleurs lui qui détenait les clés de la Demeure sacrée. C'est ainsi qu'en les voyant arriver à Médine, le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) commenta : « Les Quraychites vous ont jeté la chair de sa chair ! » Lorsque Khâlid b. al-Walîd embrassa l’Islam, le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) fut très heureux et lui dit : « J’ai toujours vu en toi une intelligence dont j’espérais qu’elle ne te mènerait en fin de compte à rien d’autre que le bien. » Khâlid reprit : « Ô Envoyé de Dieu (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui), tu as vu tous ces champs de bataille sur lesquels je me suis battu contre toi, résistant obstinément à la vérité. Prie donc Dieu qu’il me pardonne ! » Le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) lui dit que l’Islam enlevait tous les péchés, mais Khâlidinsista alors le Prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) dit : « Ô Dieu, pardonne à Khâlid pour tous les obstacles qu’il a voulu dresser sur ton chemin. »